Port

Vous êtes ici

Gâteau breton, far, biscuits...

Gâteau breton

Ces douceurs sucrées du Finistère...

... aussi appelées lichouseries (du breton lichou qui signifie gourmand), sont à consommer sans modération.

Far et gâteau breton

Les solides appétits chercheront à l’étal du boulanger-pâtissier le traditionnel far breton, dont il existe presque autant de recettes que de villages. Craquez sans complexe pour ce flan moelleux que l'on trouve nature, aux pruneaux, aux pommes, aux raisins ou légèrement alcoolisé.
Dégustez également le gâteau breton, dense et doré (à la pâte bien jaune), décoré de losanges dessinés à la fourchette. Celui d’Arzano est particulièrement réputé.

Galettes et palets

A toute heure de la journée, rien ne vaut une galette ou un palet breton, trempé(e) dans le café ou le thé ! Ces biscuits riches en beurre, bien dorés, font fondre les papilles. Impossible de les citer tous car il existe beaucoup de biscuiteries. L’une des plus connues reste sans conteste celle de Pont-Aven qui a même donné son nom à un film ! Les galettes sont assez fines et souvent dentelées tandis que les palets sont plus épais, avec une texture friable.

La biscuiterie traditionnelle est un secteur créateur d’emplois en Finistère ! Une vingtaine d‘entreprises artisanales se partagent le gâteau... mais pas n’importe lequel : un gâteau pur beurre. Les consommateurs ne s’y trompent pas et les biscuiteries privilégient recettes et ingrédients ancestraux pour produire galettes et palets bretons dans la plus pure tradition.

Du bon beurre demi-sel et des oeufs tout frais achetés localement, du sucre et une ­excellente farine entrent invariablement dans leur composition. Un beurre fermier fera toute la différence avec la galette industrielle (au beurre concentré reconstitué). Les biscuiteries finistériennes sont souvent familiales comme à Pleyben, ou à Pont-Aven dont le seul nom suffit à faire saliver les gourmets. Des galettes 100% naturelles sans conservateur ni colorant, dont la recette n’a pas varié depuis des années.

Crêpe dentelle

Au rayon des biscuits, on ne saurait oublier la célèbre crêpe dentelle. On la doit à Marie-Catherine Cornic (surnommée Madame Katell), qui inventa la recette en 1888 dans l’épicerie ­familiale à Quimper. Sucre cristallisé et farine de froment à poids égal en sont l’un des secrets, l’autre réside en un tour de main expert : la crêpière verse la pâte sur le haut de la plaque ­légèrement inclinée, l’étale finement d’un bref coup de rozell, la retourne et la coupe en lanières qu’elle enroule sur la lame d’un couteau... La craquante légèreté de la crêpe dentelle accompagne à merveille les glaces ou un simple café. On la décline à l’apéritif, fourrée de fromage et spécialités fromagères...

Réservez vos vacances



Parcs à thème, balades nature, festivals, croisière, stages de voile... faites votre choix et réservez vos loisirs en ligne.

Réservez

Jeu : tentez de gagner un séjour sur Ouessant
Vivez le Tour de France en Finistère

Découvrez aussi...

Les îles du Finistère
Randonnées en Finistère
Finistère d'exception

Ça discute par ici !

FacebookTwitterInstagramPinterestPeriscopeSnapchatTumblrYoutube

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus ok