Port

Vous êtes ici

L'histoire du Tour de France en Finistère

Le Tour de France en Finistère

Le Tour de France en Finistère : une histoire d’amour longue de plus d’un siècle

10 ans après le dernier passage du Tour de France en Finistère, il est de retour cette année pour une 105e édition durant laquelle s’affronteront les plus grands noms du cyclisme mondial actuel. Deux étapes sont prévues en Finistère le 11 et 12 juillet prochains : Lorient – Quimper et Brest – Mûr – De – Bretagne.

Malgré l’absence du Tour durant une décennie, celui-ci arpente les routes finistériennes depuis plus de 100 ans. Du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest, par la côte ou par les terres, les coureurs du Tour ont traversé le Finistère en long, en large et en travers. L'occasion pour eux comme pour nous de découvrir des paysages mythiques et des lieux incontournables : les montagnes Noires, les Monts d'Arrée, Quimper, Brest, Roscoff et tant d'autres !

Retour dans le passé pour un petit historique de l’histoire d’amour entre le Bout du Monde et la Grande Boucle. 

Le Tour de France à Brest : 29e passage au Bout du Monde

Notre histoire d'amour commence au début du XXe, en 1906, lorsque la cité du Ponant accueille le Tour de France pour la première fois de son histoire. Qui l’eût cru ? Jusqu'en 1910, Brest est le point de départ de la plus grande étape du Tour : Brest – Caen, longue de 424km.

Le saviez-vous ? En 1908, un coureur met 39h30 pour terminer l’étape, il traverse la ligne d'arrivée 16h après le vainqueur. 

En 1911, une nouvelle étape est créée. Toujours plus longue celle-ci mesure de 470 km : la distance reliant deux ports mythiques français : Brest et La Rochelle. Cette étape a lieu durant quatre années consécutives avant le début de la Première Guerre Mondiale. La Grande Boucle fait son come-back finistérien pendant l’entre-deux-guerres, dès 1919. Jusqu’en 1923 et en 1926, Les coureurs s'élancent depuis Brest pour une étape en direction des Sables d’Olonne en Vendée. Par la suite, la cité accueille septs étapes 100 % bretonnes :

1924 : Brest – Vannes
1927, 28 et 29 : Dinan – Brest
1930 et 31 : Brest – Vannes
1939 : Brest – Lorient

Quelques années après la Seconde Guerre Mondiale, le Tour revient à Brest, détruite pendant les affrontements, en 1952. La ville est alors au cœur de l’attention puisque le départ de la première étape y est lancé pour la première fois.

Résumé du départ du Tour de France en 1952, les coureurs s'élancent pour une étape Brest - Rennes. © Ina 

Le saviez-vous ? Le Tour de France est diffusé pour la première fois à la télévision cette année-là. Brest apparaît alors sur les écrans dans les rares foyers équipés. Une grande première alors pour cet événement qui est aujourd’hui le 3e événement sportif le plus regardé au monde.  

 

En 1974 et 2008, le grand départ de la ronde de Juillet a lieu pour une deuxième et une troisième fois en terre brestoise. En 74, la première étape est un course contre la montre, une épreuve mythique et redoutée par les coureurs. Le départ du Tour 2008 est lui marqué par l’absence de prologue, une grande première. Les coureurs se sont élancés pour une étape en ligne jusque Plumelec en Morbihan. 

Résumé du prologue en individuel dans les rues de Brest lors du Tour de France 1974. © Ina 

 

Le saviez-vous ? Le Tour 2008 est marqué par la première participation de trois futurs grands coureurs, aujourd’hui célèbres pour leur démonstration de force et leur titre de vainqueur : Andy Schleck, Vincenzo Nibali et Christopher Froome.

 

En 2008 à Brest, le peloton remonte la rue de Siam. © Dominique Leroux

Le Tour de passage dans la capitale de Cornouaille

Depuis sa création en 1903, la ville labellisée Ville d'Art & Histoire a accueilli six fois la Grande Boucle :
  • 1958 et 62 : Quimper - Saint-Nazaire
  • 1965 : Quimper - La Baule 
  • 1991 : Rennes - Quimper & Quimper - Saint-Herblain
  • 2004 : Lamballe - Quimper 
 

Résumé de la 6ème étape (Quimper - La Baule) du Tour du France en 1965. © Ina 

Départ de l'étape Quimper - Saint-Herblain en 1991. Ronan Pensec sur la première ligne. © Ouest France 

La Grande Boucle à la découverte du Finistère 

Il ne faut pas oublier que le Finistère est une terre de vélo ! Brest et Quimper ne sont pas les seules à avoir accueilli un départ ou une arrivée d’étape. D’autres villes ont eu la chance d'accueillir les cyclistes du peloton au cours des dernières décennies. Voici un petit historique du Tour en Finistère :

> 1958 : Les coureurs s'élancent pour une course contre la montre au départ de Châteaulin

La 8e étape du Tour en 1958 : une course contre la montre au départ de Châteaulin. © Ina 

> 1965 : Après une étape partie de de Saint-Brieuc, les coureurs traversent la ligne d’arrivée à Châteaulin. Le lendemain, ils s'élancent pour une course contre la montre, comme un déjà vu de 1958. 

Le saviez-vous ? Châteaulin accueille annuellement en mai une autre course cycliste mythique : les Boucles de l’Aulne, créée en 1931.

> 1974 : Après le départ de la Boucle depuis la cité du Ponant et une étape Brest – Saint-Pol de Léon, les cyclistes traversent le nord de la Bretagne, de Morlaix jusque Saint-Malo.

> 1982 : Après une étape partie de Cancale, les coureurs arrivent à Concarneau, en Finistère Sud. Le lendemain, le peloton court une étape 100 % finistérienne au départ de la Ville Close pour arriver à Châteaulin.

> 1998 : Les coureurs traversent la Bretagne du Nord au Sud. Au départ de Roscoff, berceau de la thalassothérapie, ils franchissent la ligne d’arrivée à Lorient en Morbihan.

> 2011 : Cette année-là, Carhaix, où se déroule annuellement le plus grand festival de musiques actuelles de France Les Vieilles Charrues,  accueille les coureurs pour une étape direction le Cap Frehel en Côtes d’Armor.

Le Finistère : une terre de vélo où sont nés des champions

En plus de 105 ans d'existence, le Tour de France a vu défiler les cyclistes et les champions dont plusieurs Finistériens. Sur cette terre du bout du monde, de grands champions sont nés tels que Ronan Pensec et Christian Seznec. Voici une liste non exhaustive des coureurs du Tour qui ont vu le jour en Finistère :

> Pierre Cloarec (1909 à Pleyben - 1994)

Propriétaire d’un magasin de cycle à Quimper, il remporte deux étapes du Tour 1939. Vainqueur à Brest, il passa en tête, triomphant, devant son magasin rue René Madec le lendemain. Par la suite, il devient directeur technique de l’équipe de l’Ouest pour la Grande Boucle.

 

 

> Léon Le Calvez (1909 à Moëlan-sur-Mer - 1995)

Ce coureur originaire du Sud Finistère participe deux fois au Tour de France : en 1931, où il porte le maillot jaune pendant une étape, et 1933, édition à laquelle il finira 17e. Par la suite, entre 1952 et 1956, il devient directeur de l'équipe de l'Ouest pour lors du Tour, équipe dans laquelle il sélectionne Jean Malléjac et Jean Robic. 

 

 

> Jean Mallejac (1929 à Dirinon - 2000)

Ce coureur dirinonais est arrivé 2e au classement du Tour en 1953. Deux ans plus tard, il sera victime d’un malaise lors de l’ascension du Mont Ventoux à cause d’un abus d’amphétamine. Son soigneur sera expulsé : il s’agit alors du premier cas d’expulsion pour dopage sur le Tour.

 

 

> Joseph Thomin (1931 à Ploudaniel)

Ce coureur ploudanielois participe septs fois au Tour de France (en 1956, 57,58, 59, 61, 62 et 63). En 1956, il remporte une victoire lors de la 15e étape. 

 

 

> Jean-Pierre Genet (1940 à Brest - 2005)

Détrompez vous, il ne s’agit pas du réalisateur ! Ce coureur originaire de Brest a traversé la ligne d’arrivée d’une étape du Tour de France en pôle position durant trois éditions : en 1968, 69 et 71.

 

 

> Christian Seznec (1952 à Brest)

Ce nom du cyclisme est bien connu en Finistère. Et pour cause ! Il court durant neuf éditions du Tour (de 1976 à 1984). Il a remporté trois victoires d’étapes : deux lors du Tour 1978 et une l’année suivante. 

 

 

> Ronan Pensec (1963 à Douarnenez)

Surnommé “Pinpin”, ce grand champion participe à huit éditions du Tour. Aujourd'hui consultant technique pour la télévision, son nom reste encore dans les mémoires. Il a terminé 6e de la Grande Boucle en 1986 et il a porté fièrement le maillot jaune pendant deux jours lors du Tour 1990.

 

Le saviez-vous ? Petit Breton est l’un des grands noms du Tour de France. Ce cycliste a remporté la Grande Boucle deux années consécutives (1907 et 1908) et compte sept victoires d’étapes. Mais pourtant, malgrés son nom, ce rouleur d’exception n’est pas originaire de Bretagne. Né en Loire-Atlantique, son vrai nom est Lucien Georges Mazan. Il se fera appelé Lucien Petit-Breton pour cacher à sa famille sa participation aux épreuves cyclistes.
Team Nautisme by Tout commence en Finistère

Découvrez aussi...

Les îles du Finistère

Ça discute par ici !

FacebookTwitterInstagramPinterestPeriscopeSnapchatTumblrYoutube

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus ok